7 mois
quotidien

7 mois

Je savais bien qu'il y avait quelque chose qui changeait...

D'abord, c'était certainement une odeur, quelque chose de nouveau ou plutôt de différent, la même odeur mais légèrement altérée comme si on avait rajouté quelque chose à la première.

Ensuite, c'était un bruit : léger, discret, étouffé mais de plus en plus fort au fil des jours pour enfin trouver la source et pouvoir observer cela sans vraiment comprendre pourquoi.

Puis disparition pendant quelques jours...
Je n'avais pas vraiment d'inquiétude même si mon colocataire semblait plus préoccupé que moi, il avait sans doute deviné l'origine du bruit. Comme quoi sous son apparence d'idiot du village, il semble comprendre certaines choses de la vie plus vite que moi...

La réapparition fût brutale.
L'odeur et le bruit était d'une intensité incroyable comparés à avant, les mêmes mais à un niveau de détection que même un promeneur aurait pu détecter.

Ha... Je ne vous ai pas parlé des promeneurs.
Ce sont des animaux sur deux pattes qui sortent de temps en temps avec nous et que nous autorisons à nous accompagner dans l'inspection du quartier : la surveillance, c'est important, il faut des autorisations spéciales pour avoir un accompagnant, ce fameux promeneur.

Ce qui est revenu n'était pas un promeneur : impossible.
Il semblait partagé quelques similitudes avec eux au début mais est plus proche de nous de jour en jour, la communication avec lui (il semblerait que ce soit un mâle) se fait de mieux en mieux.

Nous arrivons à lui faire sa toilette pour l'intégrer à notre colocation, enlever cette odeur forte de promeneur : il semble apprécier mais les promeneurs nous arrêtent souvent.
C'est bizarre tout de même, il semble être sous leur surveillance, comme s'ils partageaient des points communs...
Pourtant, il passe tout son temps allongé sur le ventre (enfin je crois, je ne l'ai pas encore vu à quatre pattes pour identifier un côté) puis sur le dos et ainsi de suite, en émettant des grognements proche de notre langage, attrapant des jouets à proximité et les mâchouillant : si ce n'est pas un signe de l'appartenance à notre espèce...

Des échanges vocaux se font, plus précis qu'avec les promeneurs.
Nous comprenons ses besoins et essayons de les retranscrire aux promeneurs mais ils ne comprennent rien, comme d'habitude. Cela semble désespérer notre nouveau colocataire, nous essayons de l'apaiser mais c'est difficile.

Aujourd'hui, il est à la colocation depuis environ un an et demi.
Les changements sont importants de jour en jour, nous avons bon espoir avec mon colocataire de lui apprendre le déplacement à quatre pattes dans les mois à venir.
Il nous a identifié clairement depuis quelques temps et sourit même à notre passage, voir rigole quand on s'occupe de sa toilette. Ce n'est pas très sérieux mais ce sont les seuls signes de communication établis, il n'est pas encore capable de nous rendre le geste en s'occupant de notre toilette.

On dirait un jeune chiot...

Gunther Love du chemin de la lune aux rêves

0 Commentaires 0 Commentaires
0 Commentaires 0 Commentaires